Depuis mars et les premières mesures de confinement, nous avons pu remarquer de fortes répercussions sur le marché de l’emploi. De nombreuses entreprises ont dû suspendre leur activité, certaines ont eu recours au chômage partiel pour leurs salariés alors que d’autres ont annoncé des plans sociaux, de restructurations, voire de faillite.

Le nombre d’offres d’emploi a diminué de 76% en avril sur un an avec une évolution différente selon les secteurs d’activité. Mais quels sont les métiers les plus impactés ou au contraire les moins menacés ?

Sans surprise, les métiers du tourisme et de l’hôtellerie-restauration sont les plus impactés par la crise et ont enregistré les plus fortes progressions de demandeurs d’emploi en juillet 2020, + 1 547 demandeurs d’emploi en service en restauration ou + 1 277 demandeurs d’emploi en personnel de cuisine, par exemple.

Au contraire, d’autres activités telles que la Santé ou l’Enseignement connaissent un regain d’activité, et enregistraient des besoins en main d’œuvre plus importants qu’à la même période un an plus tôt.

Selon la DIRECCTE (Directions régionales des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi), 26 000 emplois ont été supprimés au second trimestre 2020, dont plus de 9 000 dans le secteur de l’hôtellerie-restauration. Tous les secteurs sont concernés par cette baisse d’emploi, hormis celui de la construction où l’emploi est stable. D’ailleurs, l’emploi intérim tend à se redresser, notamment grâce aux secteurs de la construction et des transports.

 

Sources : Pôle Emploi, Diagnostic territorial Région Occitanie, Septembre 2020. Pôle Emploi, Diagnostic territorial Région Occitanie, Septembre 2020.

 

> Découvrir l’étude

 

 

 

Aller à la barre d’outils